L’assurance maladie


L'assurance maladie

assurance maladie

Le cancer colorectal, le dépister à temps peut vous sauver la vie 

Pourquoi se dépister ?

Le cancer colorectal se situe au 3ème rang des cancers les plus fréquents (45 000 nouveaux cas par an) et au 2ème rang des décès par cancer (18 000 par an) alors qu’il se guérit dans 9 cas sur 10 lorsqu’il est détecté tôt. Aussi, le dépistage constitue un moyen d’agir essentiel. Le test immunologique est plus performant (sensibilité élevée), plus fiable (lecture automatisée et centralisée) et plus simple (un seul prélèvement à domicile).

Qui est concerné ?

Le dépistage organisé du cancer colorectal concerne tous les deux ans les femmes et les hommes âgés de 50 à 74 ans. Le Centre de coordination Bretagne Dépistage des cancers s’occupe de l’organisation, du suivi et de l’évaluation du dépistage des cancers (colorectal et sein).

En Ille-et-Vilaine, des actions sont prévues avec comme partenaires le Comité 35 de la Ligue contre le cancer, le Comité Féminin 35 pour la prévention et le dépistage des cancers.

A Fougères :

A Rennes :

  • Les 13 et 28 mars matin stand d’information à l’accueil de la CPAM à l’agence de Fréville,
  • Du 23 au 31 mars stand d’information (Ligue contre le cancer) à la foire internationale de Rennes. Installation du colon tour : présence de l’Assurance Maladie les 30 et 31 mars.


Plaquette descriptive

Plus d'informations, vous pouvez consulter les sites internet suivants :

Le site de l’Assurance Maladie www.ameli-sante.fr ou le site de l’Institut national du cancer www.e-cancer.fr

(08/03/2019)

Pouvez-vous bénéficier du "Reste à charge 0 €" ?

Le remboursement intégral de certaines lunettes, prothèses dentaires et audioprothèses va entrer en vigueur par étapes. Un décret publié le 12 janvier a dévoilé la liste des équipements concernés, les tarifs plafonds et le calendrier.

  • Qui est concerné par le reste à charge zéro ?

Tous les assurés, à condition qu’ils soient couverts par une complémentaire santé, pourront accéder à une offre remboursée à 100%. Les personnes qui n’ont pas de mutuelle pourront simplement bénéficier d’une offre à tarif plafonné avec un remboursement partiel par l’Assurance Maladie.

  • Le patient sera libre de choisir ses lunettes ou ses prothèses :

Les assurés se verront proposer un devis avec plusieurs options dont une avec "reste à charge zéro". Ils resteront bien sûr libres d’opter pour des équipements plus onéreux mais ils seront moins bien remboursés.

  • À quelle date le reste à charge zéro va-t-il s’appliquer ?

Le "reste à charge zéro" sera effectif en 2020 pour les prothèses dentaires et les lunettes, puis en 2021 pour les audio-prothèses. Les tarifs de certains équipements sont d’ores et déjà plafonnés.

  • Qu’en est-il des prothèses dentaires ?

À partir du 1er avril 2019, des plafonds de prix seront appliqués pour certaines prothèses dentaires, ce qui permettra de réduire les restes à charge pour les personnes qui choisiront ces couronnes.

À partir de 2020, le devis fourni par le dentiste devra mentionner, parmi d’autres options possibles, une offre permettant de bénéficier d’une prise en charge à 100% (après remboursement par l’Assurance maladie et la mutuelle). Cette offre garantira des prothèses avec des couronnes céramo-métalliques pour toutes les dents visibles (y compris première prémolaire).

  • Côté lunettes ?

À compter de 2020, les opticiens auront également l’obligation de proposer un devis où figure une offre garantissant un reste à charge zéro. Le tarif maximum applicable dépendra du type de correction prescrit. Précision importante : la prise en charge de la monture, par la mutuelle, sera limitée à 100 €. Les professionnels se sont engagés à proposer, au titre de l’offre « reste à charge zéro », 17 modèles pour adultes et 10 pour enfants. Les verres devront être antireflet, durcis et amincis. 

S’ils le souhaitent, les patients pourront panacher des verres sans reste à charge et une monture plus chère. En tout état de cause, la monture ne pourra pas être remboursée plus de 100 € par leur mutuelle.

Dans le cadre des contrats dits responsables, les mutuelles ne pourront pas rembourser les lunettes (monture + verres) au-delà de certains tarifs plafonds, par exemple : 420 € (pour des lunettes à correction moyennes de -6 à +6 dioptries et des verres uni focaux) et 800 € pour des lunettes dotées de verres progressifs.

  • Et les prothèses auditives ?

A partir de 2021, les professionnels devront proposer un devis où figure une offre permettant de bénéficier d’un remboursement intégral par l’assurance maladie et les mutuelles. Il faut noter que dès 2019, les patients doivent avoir accès à une offre au prix plafonné de 1 300 € (ce montant passera à 1 100 € en 2020, puis à 950 € en 2021).

Le décret du 11 janvier 2019 précise que la limite de prise en charge des audioprothèses par les mutuelles s’élèvera à 1 700€ maximum par appareil et par période de quatre ans.

Concernant les prothèses auditives, nous rappelons le partenariat de Générations Mouvement et AUDIKA qui vous permet d’obtenir des conditions avantageuses, à savoir :

  • Un bilan auditif gratuit,
  • Un essai gratuit d'aides auditives,
  • Jusqu'à 15% de remise sur les aides auditives,
  • 10% de remise sur les accessoires d'écoute.

Trouver un centre dans le 35, prendre rendez-vous ? Consultez le site : https://www.audika.fr/centres/ille-et-vilaine

L'explication par l'image du "Reste à charge 0" (source gouvernementale) :


 (18/01/2019)

Le Dossier Médical Partagé

Le Dossier Médical Partagé (DMP) est un nouveau service de l’Assurance Maladie. Simple, utile et sécurisé, il permet aux assurés de conserver leurs informations de santé en ligne et de les partager avec les professionnels de santé de leur choix, qui pourront ainsi mieux les soigner. Après une phase d’expérimentation, le DMP est désormais disponible partout en France.

Véritable carnet de santé numérique, le DMP conserve la mémoire de la santé de chaque patient : historique de soins des 24 derniers mois, traitements suivis, résultats d’examens, antécédents médicaux, comptes rendus d'hospitalisation, etc. Il est particulièrement utile pour les personnes ayant souvent recours aux soins comme les patients atteints d’une maladie chronique ou les femmes enceintes. Ainsi, même en cas d’urgence ou loin de chez soi, on peut être soigné et suivi plus efficacement.

Un meilleur suivi pour une meilleure santé

Gratuit et confidentiel, le DMP est avant tout un service utile pour la santé ! En simplifiant et en sécurisant le partage des informations de santé utiles à la prise en charge d’un patient, le DMP favorise la coordination et la qualité des soins entre tous les professionnels de santé, même à l’hôpital. Les informations de santé du patient (déposées dans le DMP par les professionnels de santé qui le prennent en charge ou par le patient lui-même) sont accessibles à tout moment sur le site dmp.fr ou via l’application mobile DMP. Elles peuvent être consultées, avec l’accord du patient, par son médecin traitant ou par tout professionnel de santé qui est amené à le prendre en charge. À chaque instant, le patient garde le contrôle de l’accès au service, qui est hautement sécurisé. Il peut ajouter une information (personne à prévenir en cas d’urgence, personne de confiance, directives de fin de vie, etc.) ou décider de masquer certains documents, et peut être averti par e-mail chaque fois qu’un nouveau document est ajouté.

Comment créer son DMP ?

Pour créer un DMP, il suffit de se munir d’une carte Vitale et de se connecter au site www.dmp.fr. Il est également possible de créer son DMP ou celui de son enfant directement en pharmacie ou à l’accueil de sa caisse primaire d’assurance maladie (CPAM). Chaque personne bénéficiant d’un régime de sécurité sociale peut disposer d’un DMP.

(28/12/2018)

 

Escroquerie sur la Carte Vitale

Vous avez reçu un courriel pour changer de carte vitale ? Attention, c'est une arnaque !

Face à la recrudescence des tentatives de vol de données personnelles, la Sécurité Sociale a récemment conseillé à ses assurés de redoubler d’attention lorsqu’ils reçoivent des coups de fil ou des courriels suspects semblant émaner de l’Assurance Maladie. Des pirates usurpent en effet l’identité de l’organisme et demandent aux usagers de leur fournir des informations confidentielles.

L’Assurance Maladie a publié lundi 19 novembre sur son site Ameli un message d’alerte mettant en garde les assurés contre une tentative de récupération de données personnelles. Via des appels téléphoniques ou courriels, des cyberpirates se faisant passer pour la Sécurité Sociale demandent des coordonnées ou autres données sous couvert d’un renouvellement de carte Vitale.

Il ne faut surtout pas donner suite à ces requêtes. Il s’agit en effet d’opérations de « vishing » pour les appels téléphoniques, ou de « phishing » pour les courriels. Ces courriels sont particulièrement trompeurs puisque leur en-tête comporte la mention « service public », les éléments visuels du site institutionnel et le logo de Marianne sur fond bleu, blanc et rouge.

Pas de rouge dans les courriels de la Sécu

Dans le texte explicatif se trouve un lien sur lequel les internautes sont censés cliquer. S’ouvre alors un formulaire que les pirates ont mis au point pour récolter un maximum d’informations sur les personnes piégées.

Dans son texte d’avertissement, l’Assurance Maladie rappelle des règles simples pour repérer les faux messages :

  • La Sécurité Sociale ne demande pas et ne demandera jamais des données personnelles en ligne à ses assurés,
  • La couleur rouge n’est jamais utilisée dans ses communications,
  • Quant aux appels, seuls ceux qui proviennent du 3646 ou du 05 53 35 62 37 émanent réellement de l’organisme. Les autres doivent être considérés comme frauduleux.

Soyons vigilants !

(06/12/2018)


Grippe saisonnière

Grippe saisonnière : « C’est la saison de la grippe, vaccinons-nous » !

  • La grippe saisonnière est une maladie dangereuse qui peut entraîner des complications graves pouvant nécessiter une hospitalisation.
  • Le premier geste pour vous protéger de la grippe à l’approche de l’hiver est la vaccination.
  • Le vaccin protège votre entourage.
  • Il est sans danger, ses effets indésirables sont sans gravité. Il ne peut pas donner la grippe, les virus contenus dans le vaccin ne sont pas vivants.
  • Le vaccin est pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie pour les personnes âgées de 65 ans et plus et les personnes souffrant de certaines maladies chroniques.

 En pratique

  •  Cette année, le circuit de vaccination est simplifié pour les adultes. Toutes les personnes majeures éligibles à la vaccination qu’elles aient déjà été vaccinées ou non, peuvent retirer leur vaccin à la pharmacie sur présentation de leur bon de prise en charge et se faire vacciner par le professionnel de leur choix : infirmier, médecin, sage-femme.
  • Par contre, la prescription préalable du médecin reste nécessaire pour les patients de moins de 18 ans.

Toutes les infos sur www.ameli-sante.fr ou au 36 46 (prix d’un appel local sauf surcoût imposé par certains opérateurs).

(23/10/2018)